vendredi 16 février 2018

Un citoyen s'exprime sur le déneigement à Austin

Déneigement à Austin : Qui dit vrai ?






Après avoir regardé la vidéo  faite par Madame maillé et Monsieur Nicholson sur le déneigement, je me suis demandé pourquoi elle nous parle de déneigement  à ce moment-ci de l'année.

Dans son introduction, Mme Maillé dit que les hivers sont de plus en plus  difficile en raison des changements climatiques. Elle omet de dire que c’est pour calmer la grogne des citoyens qui ne cessent de se plaindre.

J'ai noté des contradictions  entre les propos de M. Nicholson et le contrat de déneigement # 2013-09-205 qui a été signé le  2 octobre 2013.

Le contrat au montant de 735,986.50 $  conclu avec Excavation Stanley Mierzwinski, entreprise située à Mansonville, vient à échéance cet hiver.

Ce contrat avait une durée de 3 ans plus 2 années d'options, donc ce contrat vient à échéance au printemps 2018.

Donc nous y sommes.


M. Nicholson dit qu'il y a eu plusieurs changements et qu'ils avaient du aménager leurs sites d'entreposage d'abrasifs et que ce n'était pas prévu.

Ceci n'est pas exact. Le contrat de 2013 prévoyait déjà deux sites d’entreposage à construire au frais de l'entrepreneur.

Article 9.6.3 L'adjudicataire (entrepreneur)  devra aménager deux sites d'entreposage, l'un dans le nord, l’autre dans le sud de la municipalité, ou seront transportés et entreposé, avant le début de la saison contractuelle, tout 'abrasif, la pierre concassées, le sel et les fondants nécessaire à la bonne exécution du contrat pour toute la durée de la saison contractuelle. 

Bien que le contrat indiquait le contraire, c'est la municipalité d'Austin qui a défrayé l'ensemble des frais de construction des deux sites d'entreposage, et non l'entrepreneur. voir les procès verbaux ici ici

Pourquoi cette clause du contrat n'a pas été respecté et basé sur quels motifs? 

A cela, il est important de noter qu'une mauvaise infrastructure du site d'entreposage du secteur nord soit à l'origine de la contamination des puits artésiens d'un résident et de la caserne de pompiers à proximité.

Des sites d'entreposage imprévus qui ont engendré des frais qui auraient pu être évités...

M. Nicholson dit qu'il est difficile d'avoir des soumissionnaires, qu'il n'y en a pas énormément dans la région et qu’un seul a soumissionné au cours des deux derniers contrats de déneigement.

L'affirmation de M. Nicholson est étonnante puisqu'il y a plusieurs entreprises spécialisées œuvrant dans le domaine et qui sont situées à proximité de la municipalité d'Austin. 

Notons par exemple :

Excavation Lapalme, la même entreprise qui a exécuté les travaux de réfection du chemin North l'été dernier et qui est située plus exactement sur le chemin Milletta à Magog à la limite du chemin Hopps.

Excavation Hutchins qui est situé également à Magog.

La municipalité d'Austin devrait se demander pourquoi ces entrepreneurs de déneigement n'ont pas daigné soumissionner sur les deux derniers contrats. 

Selon mes sources, ces entrepreneurs se seraient résignés à ne plus soumissionner sur les contrats de déneigement. 

Je préfére vous laisser tirer vos propres conclusions sur les motifs qui les ont amené à ne plus s'y intéresser...


M. Nicholson dit que 4 véhicules sont affectés aux opérations de déneigement.

Concernant les véhicules de déneigement prévus au contrat, un addenda a été émis à cet effet où il est question du nombre et de la  grosseur des véhicules ainsi que la capacité de charge et l'âge des camions ne devant pas excéder 20 ans.

L'addenda, ni signé ni daté, remplace le type et le nombre d'équipements dédiés à l'exécution du contrat. 

Les 2 véhicules 10 roues de 24500 kg ont été remplacés par 2 véhicules 6 roues de 16 500 kg. 

Les 2 épandeurs de 9 mètres cubes et les 2 épandeurs de 3 mètres cubes ont été retirés du contrat. 

Rien pour aider à la qualité et l'efficacité du déneigement...


M. Nicholson dit que le régime actuel de déneigement est de niveau 3, ce qui équivaut, à une couche de neige durcie sur laquelle on étend des abrasifs pour l'adhérence. 

Ceci n'est pas exact.

En aucun temps dans le contrat, il n'est question de niveau de déneigement (1,2 ou 3). 

Toutefois, le contrat stipule des critères de sécurité générale et d'épaisseur de neige maximale permissible.

Article 9.1 La chaussée doit rester sécuritaire en tout temps.

On a tous été témoins des nombreuses pertes de contrôle sur les tronçons pavés du chemin North et du chemin Hopps. Des citoyens ont rapporté leur expérience malheureuse sur la page facebook d'InfoAustin. 

Peut-on considérer que l'entrepreneur respecte ce critère de sécurité lorsque ces tronçons deviennent glacés et qui rien n'est fait pour les déglacer ? Au diable, la vigilance !

Article 9.2.1 En aucun temps l'épaisseur de la neige ne devra être supérieurs à 4 centimètres. 

Combien de fois avons-nous été témoins d'accumulation de neige dépassant les 10 centimètres et plus, celles-ci s'ajoutant à un mélange de glace et de neige durcie? 

Quiconque circulant régulièrement sur les chemins North et Hopps en hiver est en mesure de répondre à cette question. 

Les accumulations permanentes de glace et de neige font partie du paysage routier hivernal, et qu'il y a plutôt rare de constater le contraire.

Article 9.5  Si pour quelque motif que ce soit, imputable ou non à l'adjudicataire, la couche de neige durcie SE TRANSFORME EN GLACE SUR LA ROUTE il incombe à l'adjudicataire d'exécuter ce travail et d'épandre des fondants jusqu'à l'enlèvement complet de la GLACE.

Article 9.6.2 S'il se forme à la surface de la chaussée une couche de glace ou de neige durcie quelle qu’en soit la cause l'adjudicataire doit l'enlever sans retard à l'aide de grattes mécaniques munies de lames dentelée ou de tout autre équipement en évitant de causer des dommages à la surface du revêtement.  Dans tous les cas, le déglaçage mécanique doit être effectué de façon à ne pas créer de dénivellation entre la voie et l'accotement.

Les deux articles qui précèdent contredisent l'affirmation de M. Nicholson à l'effet qu'une accumulation de glace ou de neige durcie est permise sur la chaussée pavée.

À ma connaissance, la dernière fois où une opération d'une lame dentelée a été utilisée pas plus tard que la semaine dernière durant le redoux.

Ceci étant dit, pour quel motif la municipalité accepte-t-elle que l'entrepreneur laisse une couche de glace puisse s'accumuler sur les chemins ?


M. Nicholson dit qu'un deuxième niveau de service (niveau 2) serait difficilement réalisable notamment pour des raisons logistiques.

M. Nicholson se trompe lorsqu'il dit que le contrat de déneigement en vigueur ne prévoit qu'un seul niveau de déneigement. 

Ce n'est pas un mais bien deux mélanges abrasifs qui sont inscrits au contrat. 

Le contrat stipule noir sur blanc l'utilisation de deux types d'abrasifs adaptés aux deux niveaux de déneigement. 

Un déneigement de niveau 3 avec abrasif pour les chemins non-pavés et un déneigement de niveau 2 avec un mélange (50-50) d'abrasif et de déglaçant pour les chemins pavés. 

L'article inscrit au contrat est pourtant clair à cet effet.

Article 9.6.3 Matériaux 

la proportion minimum de sel ou de calcium mélangé au sable utilisé comme abrasif seront de 5%. Aucun sel ou calcium pur ne pourra être épandu sur les rues et chemins non pavés.

La proportion minimum de sel ou de calcium mélangée au sable utilisé comme abrasif sera de 50%, ce type de mélange ne devra être épandu que sur les sections de chaussés pavées. 


Voilà en résumé, plusieurs points qui ne concordent pas dans la vidéo de Madame Maillé et de Monsieur Nicholson.

Par conséquent, doit-on en comprendre qu'il existe deux contrats? 

Un contrat formel basé sur un appel d'offres officiel daté de 2013 et un contrat informel interprété selon le bon vouloir de la municipalité.

En temps normal, sans exception ni favoritisme, l'entrepreneur devrait être tenu de respecter toutes les exigences du contrat.

Comment se fait-il que ce contrat n'est pas respecté dans son entier? 


Pire, pourquoi la municipalité n'exige pas l'application pure et simple du contrat?

Malheureusement, il semble que ça ne soit pas le cas.

Un soumissionnaire qui ne respecte pas toute les exigences de l'appel d'offres coûtera définitivement plus cher, tout en réduisant le niveau de qualité de son service.

C'est peut-être une raison pour laquelle il n'y a pas beaucoup d'autres soumissionnaires...



J.

1 commentaire:

  1. cher concitoyens lisez attentivement ce texte.Il n'est pas de n'importe qui mais de Mme Maillé.Si vous trouvez des différences entre le texte du contrat et la réalité,signalez le à l'hôtel de ville.

    RépondreSupprimer